Chargement Événements

5 mai | 18:30 (Paris)

Conférence « Détachement “ Rodina ” »

  • Annie Silvestri, Maire Honoraire de Thil, présidente d’honneur de l’association pour la mémoire et la reconnaissance du camp de concentration de Thil-Longwy
  • René Barchi, chercheur en histoire de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance

En russe et en français.

Appuyez ici pour vous inscrire en ligne.

A l’occasion de la Journée de la Victoire, la Maison russe à Paris organise une conférence dédiée au détachement exclusivement féminin « Rodina », combattantes de la Résistance

Le 5 mai, à 18h30 (Paris), la Maison russe des sciences et de la culture à Paris accueillera une conférence consacrée au seul détachement exclusivement féminin en Europe, « Rodina », qui a combattu en France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Annie Silvestri, Maire Honoraire de Thil, présidente d’honneur de l’association pour la mémoire et la reconnaissance du camp de concentration de Thil-Longwy, René Barchi, chercheur en histoire de la Seconde Guerre mondiale, de la Résistance et du détachement « Rodina », les descendants d’héroïnes-combattantes, les vétérans et les compatriotes russes et biélorusses prendront part à la rencontre.

En 1943, les Britanniques ont bombardé le centre de recherche et de production de fusées V1 et V2 dans le nord de l’Allemagne. Cela a forcé les nazis à chercher des endroits plus sécurisés pour leurs bases. L’un des sites choisis pour la nouvelle usine souterraine était une mine située à Thil, en France, à proximité de l’Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg.

Pour travailler dans une installation secrète, des prisonniers ont été amenés d’un camp de concentration à Errouville (département de Meurthe et Moselle). Parmi ses prisonniers se trouvaient des dizaines de femmes soviétiques.

Certains des prisonniers ont trouvé la mort tragiquement sous les décombres de la mine, mais certains ont réussi à s’échapper et à former ensuite un détachement de la Résistance, composé uniquement de femmes. Cette unité combattante comprenait des femmes soviétiques : russes, biélorusses, juives, etc.

Le détachement féminin, qui a reçu le nom de combat « Rodina », a réussi à se battre pendant une courte période uniquement, c’est-à-dire, environ 4 mois, mais il combattait brillamment, avec succès, restant dans la mémoire de la population locale comme un exemple d’héroïsme et d’intrépidité.

Aujourd’hui, la ville française de Thil, située près d’Errouville, devient l’un des principaux lieux de gloire militaire soviétique en France. Afin de perpétuer la mémoire des femmes soviétiques ayant réalisé des exploits militaires, ainsi que des femmes mortes dans le camp de concentration, l’installation d’une composition sculpturale au nom de la Russie, de la France et de la Biélorussie y est envisagée depuis plusieurs années.
La conférence sera organisée avec traduction simultanée en français et en russe.

La rencontre sera diffusée en direct sur la plateforme Zoom et sur la chaîne YouTube de la MRSC à Paris.

Partagez cette histoire !

Go to Top