Exposition « A.S.Pouchkine. Portraits »

///Exposition « A.S.Pouchkine. Portraits »
Chargement Évènements

6–26 juin | lundi–jeudi 9:00–19:00, vendredi 9:00–18:00, samedi 9:00–16:00

À l’occasion du 220ème anniversaire de la naissance d’Alexandre Pouchkine.
Des fonds du Musée d’Etat A.S.Pouchkine.

Exposition « A.S.Pouchkine. Portraits »

L’entrée libre.

7 juin | 19:00

  • L’inauguration de l’exposition « A.S.Pouchkine. Portraits ».
  • Les résultats de l’étape française du concours poétique international « Aï da Pouchkine ! ».
  • Soirée musicale et littéraire avec Catherine Manandaza, Guillaume Barli et les étudiantes du Lycée International de Saint-Germain-en-Laye.

L’entrée sur inscription préalable.

En 2019, il sera 220 ans à partir de la naissance d’A.S.Pouchkine. Dans le cadre du programme des événements festifs de l’anniversaire, le Musée d’Etat Pouchkine a préparé le projet d’exposition « A.S.Pouchkine. Portraits ». Ce projet comprend l’iconographie du poète créée depuis plus de deux siècles : de ses premiers portraits à vie aux images pittoresques et graphiques réalisées par nos contemporains.

Les portraits de vie de Pouchkine sont d’une valeur particulière. Le plus tôt d’entre eux remonte aux premières années du XIXe siècle. On suppose que l’auteur de ce portrait était un écrivain, un artiste amateur Xavier de Maistre, qui fréquentait souvent la maison de Pouchkine.

L’un des portraits les plus célèbres du poète a été peint par V.A.Tropinine en 1827. Le costume de Pouchkine – une robe de chambre, un collier de chemise blanche déboutonné, une cravate-écharpe décontractée – expriment la représentation par l’artiste d’une personnalité créative et libre. Pouchkine a offert ce portrait à son ami – le célèbre bibliophile et hispaniste S.A.Sobolevski. Et celui-ci, en partant à l’étranger, a demandé à leur connaissance commune A.P.Elagina d’en faire une copie réduite afin qu’il puisse toujours la porter avec lui.

Dans la même année, Pouchkine a été représenté par un autre peintre célèbre – O.A.Kiprenski. La figure d’une muse avec une lire dans les mains, que nous voyons derrière l’épaule du poète, donne au portrait un sens symbolique. Les contemporains ont noté à plusieurs reprises la ressemblance frappante de ce portrait avec Pouchkine, et le poète lui-même dans un message à Kiprenski a remarqué: « Moi-même comme dans le miroir, je vois… ». Par la suite, de nombreux artistes dans leurs œuvres s’adressaient à l’image du poète créée par Kiprenski.

Les images de Pouchkine dans les publications imprimées ont apparu de son vivant. Le premier était la gravure d’E.I.Gateman, qui a décoré l’édition du poème « Le prisonnier du Caucase » (1822). Parmi les images datant des dernières années de la vie du poète la gravure de T.Wright présente un intérêt particulier. Ces travaux donnent des idées sur la façon dont Pouchkine était perçu par ses contemporains.

La plupart de l’iconographie de Pouchkine sont des œuvres des artistes de la 2ème moitié du XIXe – début du XXIe siècle. Ce sont des images rétrospectives du poète, créées sur la base de l’étude de ses portraits pris sur le vif et de ses autoportraits, de son oeuvre et sa biographie.

Ils portent tous un signe de leur temps, parce que chaque époque a trouvé dans le génie de Pouchkine quelque chose d’une passionante actualité correspondant à cette époque. Sur la gravure en bois de V.N.Massioutine (1918) est la première image de Pouchkine faite après la révolution de 1917 – nous voyons le poète « dans le contexte des décombres du vieux monde, dans l’aurore de la nouvelle ère ». Sur la gravure créée d’après l’original par Yu.L.Obolenskaia (1925), le visage du poète avec des cheveux ondulés, illuminé par le « feu du monde », est donné « dans le contexte de tourbillons spatiaux et la silhouette d’un cheval qui a jeté par terre le Cavalier de Bronze ». Sur la gravure en bois de P.Ya.Pavlinov (1924) une sorte d’auréole autour de la tête du poète attire l’attention.

Parmi les portraits de Pouchkine réalisés dans les années 1930–1940 sont les œuvres des artistes de différentes écoles et directions: K.S.Petrov-Vodkine (1934), N.P.Oulianov (les années 1930), N.V.Kouzmine (1929–1940) et d’autres. Ils diffèrent tous par la manière dont ils sont peints et l’attitude de leurs auteurs. Ainsi, par exemple, Oulianov a représenté Pouchkine dans son cabinet de travail assis à un bureau. Sur le visage du poète est une expression de l’enthousiasme créatif, de la satisfaction et en même temps de la fatigue, de l’espoir pour l’avenir. Sur un portrait réalisé par Petrov-Vodkine, Pouchkine apparaît détaché et deçu par la vie. Selon l’artiste, la solitude de Pouchkine – « un homme qui a dévancé son temps », était pour lui le « centre de la tragédie de la vie du poète ».

Les artistes de la seconde moitié du XX – début du XXIe siècle, prenant le relais, ont également cherché à capturer l’apparence de Pouchkine. Les travaux de G.D.Novozhilov (1970), A.T.Zverev (1983), G.A.Travnikov (2003), N.S.Safronov (2009) témoignent de la recherche d’une nouvelle perception de Pouchkine, de nouveaux moyens d’expressivité et de nouvelles techniques artistiques.

L’exposition ne présente qu’une petite partie de la representation artistique de Pouchkine conservée dans le musée d’Etat A.S.Pouchkine. Cependant, elle permet de voir comment la perception du poète a changé lors du changement de différentes époques historiques, et comment il était vu par chaque nouvelle génération des artistes.