Chargement Évènements

1–30 avril

Exposition philatélique « Conquête de l’espace »

Cercle philatélique France-Russie (fondé en 1952).

À regarder sur les panneaux et le site du MRSC à Paris.

Une exposition de timbres rares sur l’histoire de l’exploration spatiale sera présentée par la Maison russe à Paris à l’occasion du 60e anniversaire du premier vol spatial habité

Du 1er au 30 avril, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris organise une exposition de timbres rares soviétiques et étrangers intitulée « La conquête de l’espace (1961–2021) ».

Le 12 avril 1961, l’homme est allé dans l’espace. Le premier humain à entrer en orbite était Youri Gagarine, 27 ans. Il y a 60 ans, Youri Alekseevitch ouvrait triomphalement une nouvelle ère, celle de la navigation spatiale.

Puis en 1961, Guerman Titov a réalisé le premier vol dans l’espace de plus de 24 heures, l’exploit que les États-Unis ne répétèrent qu’en 1963.

En 1962, les vaisseaux spatiaux soviétiques « Vostok–3 » et « Vostok–4 » ont effectué leur premier vol de groupe.

En 1963, la première femme-cosmonaute Valentina Terechkova est partie dans l’espace et le cosmonaute Valeri Bykovski a établi le record actuel du plus long vol spatial en solitaire d’une durée de près de 5 jours.

En 1964, le vaisseau « Voskhod » a permis de lancer le premier équipage multiple en orbite. Les vaisseaux multi-équipages américains sont apparus qu’en 1965.

En 1965, le cosmonaute Alexeï Leonov a réalisé la première sortie extravéhiculaire dans l’espace.

Le premier vol interplanétaire a été effectué en 1966 par l’engin soviétique « Venera–3 », qui a fait un atterrissage brutal sur la planète, y livrant le globe métallique de la planète Terre et le fanion avec les symboles de l’URSS.

Le plus long vol spatial a été réalisé par Valéri Poliakov. En 1994–1995, il a passé 437 jours et 18 heures à bord de la station orbitale Mir, établissant un record absolu du temps total passé dans l’espace en un vol.

Aujourd’hui, l’homme a exploré l’orbite terrestre, a créé la plus grande station spatiale et se prépare à conquérir les planètes.

La cosmonautique nationale s’est développée sur les vaisseaux « Vostok », s’est renforcée sur les « Soyouz », et les véhicules spatiaux « Oriol » l’aideront à trouver le chemin vers les espaces lointains de l’univers.

La coopération internationale dans le domaine des vols spatiaux habités a commencé en juillet 1975, avec la mise en œuvre du programme soviéto-américain « Soyouz–Apollo ».

De 1996 à 2020, 63 équipages de principales expéditions internationales vers l’ISS et 19 équipages de visiteurs ont été formés au Centre de formation des cosmonautes en Russie.

Le 20 juin 2021, la Russie et la France fêteront 55 ans de coopération dans le domaine spatial : la France est devenue le premier pays au monde avec lequel l’Union soviétique a signé un accord intergouvernemental de coopération dans l’exploration et l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques.

La France est une grande puissance spatiale, qui se place au troisième rang mondial en termes de développement de l’industrie spatiale (après la Russie et les États-Unis). La France possède sa propre base de lancement proche de l’équateur à Kourou (Guyane), les lanceurs « Ariane » et les professionnels réputés dans ce domaine. Le Centre national d’études spatiales mène des projets fructueux et coopère activement avec les autres puissances. La Fédération internationale d’astronautique et l’Agence spatiale européenne sont basées à Paris.

La France a commencé l’exploration spatiale en 1963 en envoyant un chat femelle qui se prénommait Félicette dans l’espace.

En 1983, la capsule soviétique « Soyouz–T–6 » est entrée dans l’espace avec le premier cosmonaute français à bord. Au total, Jean-Loup Chrétien a effectué trois vols spatiaux sur des vaisseaux russes, dont un avec une sortie extravéhiculaire.

Au cours des années suivantes, les astronautes français ont collaboré avec des équipages américains et soviétiques, et en 1999, le Français Jean-Pierre Haigneré a effectué une mission qui lui a permis de battre le record de durée de vol pour un astronaute non américain et non russe avec 188 jours et 20 heures dans l’espace. Son épouse Claudie Haigneré, née André-Deshays, est la seule femme dans le corps d’astronautes français. Médecin de sa profession principale, elle a effectué deux vols sur le vaisseau spatial soviétique « Soyouz ».

La Station spatiale internationale (ISS) est le plus grand projet international de coopération technologique jamais entrepris. Cette installation orbitale habitée est utilisée comme station de recherche spatiale polyvalente.

Les cosmonautes russes et français Andreï Borissenko, Oleg Novitski, Thomas Pesquet et d’autres ont également collaboré à bord de l’ISS dans le cadre d’une mission internationale.

Aujourd’hui, l’ISS est un projet conjoint impliquant les agences spatiales Roscosmos (Russie), NASA (États-Unis), JAXA (Japon), CSA (Canada), ESA (pays européens).

L’exposition philatélique parisienne racontera en détail ces étapes et d’autres jalons importants de l’histoire de la cosmonautique russe et étrangère.

La MRSC à Paris exprime sa gratitude aux représentants du club russo-français des philatélistes, présent en France depuis 1952, pour leur coopération à la préparation de ce grand projet.

Aller en haut