Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Les admirateurs du ballet célèbrent cette année le 80ème anniversaire du danseur et du maître de ballet Rudolf Noureev. L’importance particulière est accordée à cet événement suite au fait que l’année 2018 est déclarée comme année du Ballet.

A cet égard la compagnie de production « Svoy potcherk » avec le soutien de la Philharmonie académique d’Etat, l’Agence « Rossotroudnitchestvo », le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris, Galerie Trétiakov, Institut culturel italien, association publique russe « Autonomie nationale et culturelle du Tatarstan dans la ville de Moscou », « Andris Liepa production » organisent cette année le projet culturel international « Saison Noureev ».

Le projet a débuté le 17 mars 2018 dans la salle Virtuelle de la Philharmonie académique d’Etat de Moscou par la projection du documentaire « RUDOLF NOUREEV. UN DEMON REBELLE » de la Compagnie de production « Svoy potcherk » (2012, réalisateur T.Malova). L’équipe de tournage ainsi que l’animateur du film, artiste du peuple de la Fédération de Russie Andris Liepa l’ont présenté au public. Ce chef d’œuvre cinématographique a inauguré plusieurs festivals de cinéma en 2013 et 2014, sa première à la télévision nationale a été diffusée à la chaîne « Kultura ». A partir du 10 novembre dans cette salle se déroule le festival consacré à Rudolf Noureev.

Le 24 mars a.c. sur la scène du Palais d’Etat du Kremlin a eu lieu le Gala « Rudolf Noureev. Du passé au futur » dédié à son 80ème anniversaire du danseur et chorégraphe illustre. 6000 spectateurs étaient témoins d’une grande fête inoubliable de l’art classique préparée et organisée par le « Centre de Production d’Andris Liepa ». Andris Liepa, danseur étoile du ballet mondial, lauréat des concours internationaux, réalisateur et producteur, était également le présentateur de cette soirée.

Puis ce relais musical a été pris par la Galerie Trétiakov où dans sa salle des Ingénieurs du mois de juillet jusqu’au mois d’août s’est tenu le festival de cinéma consacré à Rudolf Noureev ainsi qu’a eu lieu la projection du film « Rudolf Noureev. Un démon rebelle ». Dans le cadre de ce festival de cinéma, le soliste du Bolchoï Denis Medvedev, la directrice du « Musée-appartement G.Oulanova » du Musée théâtral d’Etat A.Bakhrouchine, titulaire du doctorat en art Oxana Karnovitch, Directeur de l’Institut Culturel Italien Olga Strada, créateurs du film « Rudolf Noureev. Le Démon rebelle ».

Dans le cadre de ce projet le Centre culturel du Tatarstan de la ville de Moscou a également prévu un certain nombre de manifestations culturelles consacrées à Rudolf Noureev : la projection du film « Rudolf Noureev. Un démon rebelle », l’organisation des conférences ainsi que l’inauguration de l’exposition dédiée à un génie tatar.

Les célébrations et manifestations commémoratives sont complémentées par l’édition de la brochure et l’organisation de l’exposition photo consacrée à R.Noureev avec ses photos rares des archives, des souvenirs, des dédicaces des personnalités illustres dans le domaine de la culture. La compagnie de production « Svoy potcherk » dans le cadre de ce projet fait le tournage des documentaires sur le jubilaire.

Parmi les projets des organisateurs pour l’année 2018–2019 figurent les manifestations commémoratives à ce sujet dans les villes de Kazan, Oufa, Saint-Pétersbourg et à l’étranger avec le soutien de l’agence Rossotroudnitchestvo.

Le premier point de départ international dans cette tournée internationale du projet « Saisons Noureev » est le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris qui accueillera dans ses locaux le festival de cinéma ainsi que l’exposition consacrée au 80ème anniversaire de R.Noureev et l’Année du ballet russe.

Ces journées vous réjouiront par les émotions inoubliables! Parmi les films du Festival vous aurez l’occasion de voir un long-métrage « Venise, carnaval, amour » réalisé par Mario Lanfranchi à Venise en 1982 après la déclaration par le Gouvernement italien après le rétablissement des carnavals annuels de Venise.

Dans ce film R.Noureev a interprété son dernier rôle. Ce film n’est pas un simple long-métrage mais le film-ballet où Noureev danse avec l’étoile italienne Carla Fracci.

Le film a été présenté au Festival de Cinéma à Venise et avait une distribution limitée. En France, il sera projeté pour la première fois!

Pour réaliser la projection du film dans le cadre du projet « Saisons Noureev » la Directrice de l’Institut culturel italien à Moscou Olga Strada et le réalisateur Mario Lanfranchi qui a fêté son 92ème anniversaire cette année, l’ont gentiment transmis aux organisateurs de ce projet.

Il y a encore une surprise qui attend les spectateurs : « Rudolf Noureev tel qu’il est » réalisé par Nicolaï Boronine en 1991. C’est l’unique film russe sur Rudolf Noureev de son vivant, et sa vrai valeur tient avant tout au fait qu’un grand interview avec R.Noureev lors de son arrivée à Léningrad en 1990 pour participer au spectacle « Sylphide » fait partie de ce film.

Gosfilmofond (La Fondation Nationale des archives de films de Russie) a eu l’amabilité de nous fournir ce film afin de le projetter dans le cadre du projet « Saisons Noureev ».

Pour la première fois en France, le court-métrage « Visite » sera projeté par les réalisateurs du Bachkortostan dans la ville d’origine de Rudolf Noureev, à Oufa.
Le réalisateur doué Bulat Yusupov a basé son film sur des faits réels de l’année 1977, lorsque la reine de Jordanie Dina bin Abdel Hamid s’est rendue à Oufa en visite officielle…
Quel est le rapport entre sa visite et notre héros du jour ? – vous aurez la réponse après avoir vu ce film d’une durée de 30 minutes.

Programme du festival

5 DÉCEMBRE

19h00

Ouverture du festival

L’exposition « Danser avec la caméra » sera presentée par deux artistes-photographes : Francette Levieux et Afsaneh Afkhami. Elle se déroulera avec la participation du soliste du Théâtre Mariinsky Timur Abdikeev.

19h15

« Rudolf Nureyev: Dance to Freedom » / « Rudolf Noureev : Saut vers la liberté »

Film de fiction à thème, 2015, 90 minutes, 12+.
Scénariste et réalisateur : Richard Curson Smith.
Musique : Richard Canavan.
Acteurs : Artem Ovtcharenko, Svetlana Smironova, Artem Yakovlev.

La danse, l’espionnage et la passion sont intimement liés dans l’histoire de Rudolf Noureev, grand danseur du ballet soviétique, qui au terme de sa tournée à Paris en 1961 a demandé l’asile politique et ainsi est resté à l’Occident. Il est qualifié du plus célèbre « transfuge » de l’URSS et une légende vivante.

21h00

« Visite »

Film de fiction, 2013, 31 min, 12+.
Scénariste et réalisateur : Boulat Yousoupov.
Musique : Vlad Savvateev.
Directeur de la photographie : Ildar Bikmetov.
Production : Entreprise publique unitaire de la République de Bachkortostan Studio « Bachkortostan ».
Acteurs : Laoura Kéosayan et Tansoulpan Babitcheva, comédiennes russes, Ramil Salmanov, acteur du Théatre National de Jeunesse de la République de Biélorussie.

C’est une histoire basée sur des faits réels. En 1977, la reine de Jordanie, Dina bin Abdel Hamid, est arrivée à Oufa avec une visite officielle. Son véritable objectif était une rencontre secrète avec la mère de Rudolf Noureev afin de lui transmettre un message de son fils. Il était en France après avoir refusé de rentrer au terme de sa tournée et, pendant plusieurs années, n’a eu aucune possibilité de contacter la personne la plus proche. Ce fait peu connu a été décrit dans son livre par Yavdat Iskuzhin, témoin oculaire de ces événements. La souffrance et la dure cruelle décrites dans le livre ont trouvé leur place également dans le film de Bulat Yusupov.

Une distribution remarquablement, une belle musique, le travail de réalisateurs, artistes, décorateurs, une histoire d’amour poignante de mère et fils ne laissera personne indifférent.

6 DÉCEMBRE

19h00

« Rudolf Noureev, démon rebelle »

Documentaire, 2012, 97 min, 12+.
Réalisateur : Tatiana Malova.
Production : « Compagnie de production Svoy pocherk », Russie.
Pays de production : Russie.

C’est un documentaire sur Rudolf Noureev, grand danseur de ballet du XXème siècle, vedette du ballet moderne et classique.
Petit garçon affamé d’Oufa, qui a grandi dans une famille pauvre, infiniment loin du monde du ballet. Il ne doit son ascension fulgurante qu’à lui-même, à sa persévérance et … à son talent, bien sûr. Ceux qui ont du talent sont nombreux. – Noureev, il est exceptionnel.

Un homme ayant vécu une vie extraordinaire, danseur russe qui s’est échappé de l’URSS dans des circonstances incroyables a inspiré Paris, a électrisé Londres, a fait battre les cœurs des Américains, des Canadiens, des Italiens et des Australiens. Professionnel mature, maître, qui a dirigé le ballet de l’Opéra national de Paris (Palais Garnier) et lui a donné un nouveau souffle de créativité.

Il avait une nature passionnée, sa nature dynamique, épris de liberté, un tempérament explosif, qui est toujours légendaire. Sans cela, Noureev ne pourrait pas faire reconnaître son talent. Sans son arrogance provocante, il n’existerait pas de style unique de danse Noureev. Il n’avait pas peur d’avoir une mauvaise réputation.

Les cinéastes ont tenté de reproduire sa personnalité contradictoire et vibrante de l’artiste afin de mettre en lumière les épisodes les plus brillants et les plus dramatiques de sa vie tumultueuse.

Dans le film ses amis, collègues, critiques de ballet de Paris, Saint-Pétersbourg, Oufa, Moscou, Kazan, Mogilev transmettent leurs souvenirs de Rudolf Noureev.

20h45

« Rudolf Noureev tel qu’il est »

Documentaire, 1991, 47 min., 0+.
Réalisateur : Nicolaï Boronine.
URSS.
Gosfilmofond.

C’est le seul film russe sur Rudolf Noureev (1938–1993) de son vivant, grand danseur de ballet, chorégraphe et metteur en scène. Il est particulièrement précieux car il comprend un excellent entretien de Noureev lors de son arrivée à Leningrad en 1990.

7 DÉCEMBRE

17h30

« Rudolf Noureev, contrat avec la mort »

Documentaire, 2006, 45 min, 12+.
Réalisateur : Vladimir Vinogradov.
Production : RTR (chaîne généraliste russe).
Pays de production : Russie.

Le 16 juin 1961, le célèbre danseur soviétique Rudolf Noureev s’échappa en Occident, refusant de revenir de sa tournée parisienne en URSS. Après avoir appris l’évasion de Noureev, Khrouchtchev rêvait d’une chose: exiger le rapatriement du fugitif et le punir… Noureev ne regrettait jamais de cette décision. Pendant plus de vingt ans, il montait sur les scènes des plus grands théâtres du monde environ trois cents fois par an. Il s’appelait « Gengis Khan du Ballet » et « frénétique ».

L’engouement de tous adulé de Rudolf Noureev a été décrit comme « rudimania », et sa richesse s’élevait à des millions de dollars. À propos de son emportement, égoïsme, avarice et de son amour sans bornes pour les hommes, la légende est composée. Obsédé par le mouvement perpétuel, il a vécu avidement et sans pitié temps, force, talent, sentiments. Mais il ne savait pas quel prix terrible il paierait pour son insatiabilité.

18h30

« Rudolf Noureev, génie indomptable »

Documentaire, 2016, 46 min, 12+.
Réalisateur : Dmitry Bolizhevsky.
Production : « Veramar-vidéo » à la demande de la chaîne TVC.
Pays de production : Russie.

Il y a presqu’un quart de siècle, au mois de janvier 1993, Rudolf Noureev, danseur qui a conquis le monde, a été enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois à Paris. Il a réussi à combiner la classique et la modernité dans la danse. Lors de ses performances, le public a crié de joie, aux biographes il a laissé l’histoire de sa vie, pleine de contradictions et de mystères.

On a parlé de Noureev devant lui ou semer des rumeurs dans son absence « Génie! ». A son tour, il pensait à lui-même de cette manière. Et il se comportait comme s’il n’y avait aucune notion de moralité, d’éthique, d’étiquette. Pour Rudolf Noureev, il n’y avait rien de sacré à part une chose: la danse classique. Pourquoi a-t-on aimé et détesté Rudolf Noureev?

19h30

« Venezia, carnevale – Un amore » / « Venise, carnaval, amour »

Film de fiction, 1982, 100 min, 12+.
Réalisateur : Mario Lanfranchi.
Acteurs : Rudolf Noureev, Carla Fracci, Peter Ustinov, Clarita Gatto.
Pays de production : Italie.

Le dernier film avec Noureev dans le premier rôle.