Chargement Évènements

8 mai | 18:00 (Paris)

« La patrie » (2020)

Réalisateur du film Mikhail Matrossov.

L’histoire d’un détachement de partisans féminin « Rodina » (« La patrie »), dont des filles soviétiques évadées du camp de concentration ont combattu en France, ed de l’hommage rendu par nos contemporains.

En russe et en français.

La Maison russe présentera un nouveau film sur l’exploit des femmes partisanes soviétiques en France à l’occasion du Jour de la Victoire

Le 8 mai à 18 heures (Paris), la Maison russe des sciences et de la culture à Paris présentera un nouveau film d’auteur du réalisateur russe Mikhaïl Matrossov, élève de Nikita Mikhalkov.

Le film d’auteur semi-documentaire « Rodina » (« La Patrie ») est dédié à l’exploit des héros de la Résistance, membres du détachement de partisans féminin, dans les rangs duquel des filles soviétiques échappées d’un camp de concentration ont combattu sur le territoire français.

En 1943, les Britanniques ont bombardé un centre de recherche et de production des missiles FAU-1 et FAU-2 dans le nord de l’Allemagne. Cela a forcé les nazis à chercher des endroits plus sûrs pour leurs bases. L’un des sites choisis pour la nouvelle usine souterraine était une mine à Thil, en France, située proche de l’Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg.

Dans cette usine d’armes secrète travaillaient des prisonniers amenés du camp de concentration d’Errouville (département de la Meurthe-et-Moselle dans le nord-est de la France). Parmi les détenus de celui-ci se trouvaient des dizaines de femmes soviétiques.

Certaines des prisonnières sont mortes tragiquement sous les décombres de la mine, mais certaines ont réussi à s’échapper et à créer le seul détachement partisan de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, composé uniquement de femmes. Cette unité militaire était constituée de femmes soviétiques — Russes, Biélorusses, Juives, etc. L’unité féminine, baptisée « Rodina » (« La Patrie »), opérait pendant une courte période, environ 4 mois, mais elle a combattu avec succès, restant dans la mémoire de la population locale comme un exemple d’héroïsme et d’intrépidité.

Aujourd’hui, la commune française de Thil, située près d’Errouville, devient l’un des principaux lieux de gloire militaire soviétique en France. Afin de perpétuer la mémoire des femmes soviétiques qui ont accompli des exploits de guerre, ainsi que de celles qui sont mortes en captivité, un monument sculptural au nom de la Russie, de la France et de la Biélorussie est en préparation pour l’installation en ce lieu depuis quelques années.

Le film de Mikhaïl Matrossov parlera également de ce projet et d’autres actions menées par nos contemporains de différents pays à la mémoire de ces femmes héroïques.

Avant la projection, l’auteur du film et les participants au projet commémoratif à Thil s’adresseront au public.

Aller en haut