Présentation d’un nouveau livre Patrimoine de M.K.Tenicheva

Accueil/Événements/Présentation/Présentation d’un nouveau livre Patrimoine de M.K.Tenicheva
Chargement Évènements
Cet évènement est passé

25 février | 16:00 (Paris)

Présentation d’un nouveau livre Patrimoine de M.K.Tenicheva.

Philanthrope russe Princesse Maria Tenicheva

Les auteurs présentent :

René Guerra, célèbre professeur des études slaves, collectionneur et conservateur du patrimoine culturel russe à l’étranger;

Irina Alekséevna Kenia, Doctorat en droit, Maître de  conférence de la filiale de l’Académie russe de l’économie nationale et du service public à Briansk, Président de l’administration de la Fondation caritative frères Moguilevtsev.

En russe et en français.

Le CRSC à Paris présentera en ligne un nouveau livre sur le patrimoine de la princesse Tenicheva

« Venez et possédez, les sages ! Et œuvrez pour le bien de la Russie ! »
Maria Tenicheva

Le 25 février, le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris vous invite à une présentation en ligne du nouveau livre « Le patrimoine de M.K.Tenicheva » consacré au patrimoine artistique et spirituel de la célèbre philanthrope et artiste peintre russe, la princesse Maria Tenicheva.

Les auteurs de cette monographie y assisteront également.

Irina Kenia, docteur en droit, maître de conférence à la filiale de l’Académie russe de l’économie nationale et du service public à Briansk, fondatrice et présidente du conseil d’administration de la Fondation caritative Frères Moguilevtsev (marchands russes, mécènes des arts, citoyens d’honneur de Briansk). En 2003, son projet social « Mémoire du cœur » dédié aux Mogilevtsev a remporté le concours russe « Je suis citoyen de Russie ».

C’est à l’initiative d’Irina Kenia, que s’est tenue la première conférence internationale scientifique et pratique « La charité en Russie contemporaine : défis, enjeux et perspectives », consacrée au centenaire de la formation de l’école des filles, offerte à la ville de Briansk par les frères Mogilevtsev.

Irina Kenia est aussi fondatrice du Musée des mécènes de Briansk, dédié aux époux Tenichev, à Maltsov et à d’autres personnalités exceptionnelles.

René Guerra est un célèbre slaviste, docteur ès lettres, collectionneur et conservateur du patrimoine culturel de l’émigration russe.

Il est le président-fondateur de l’Association pour la sauvegarde du patrimoine culturel russe en France, membre honoraire de l’Académie des Beaux-Arts de Russie, lauréat de plusieurs prix littéraires russes et titulaire de l’Ordre de l’Amitié, qui lui a été décerné en reconnaissance de son importante contribution au développement de la coopération culturelle russo-française.

L’auteur de cet événement, critique d’art et spécialiste de l’art russe Tatiana Barycheva animera la rencontre.

Pour participer à la conférence, qui sera organisée avec interprétation simultanée en français, l’inscription sur le site web du CRSC à Paris est obligatoire (crsc.fr).

Une fois terminé, l’enregistrement complet de la réunion en russe et en français sera publié sur le site web et les pages des réseaux sociaux du CRSC.

* * *

Créatrice et collectionneuse
(sur la princesse Maria Ténicheva)

La princesse Maria Klavdievna Ténicheva (1858–1928) est une philanthrope russe et éducatrice qui a laissé un énorme héritage créatif, spirituel et pédagogique.

La Princesse était une personnalité aux multiples facettes. Elle a investi ses ressources financières ainsi que la force mentale dans le développement de la muséologie, elle a construit des écoles, elle a ouvert une école d’artisanat et une antenne de l’Institut Impérial de l’archéologie de Moscou à Smolensk.

Maria s’occupait de la préservation et développement de l’art artisanal russe, notamment, dans le fameux village Talachkino dont le musée unique abrite des toiles des artistes éminents, notamment de Nicolas Roerich, Sergueï Malioutine, Mikhaïl Vroubel et des autres. Elle a contribué au développement de l’art de l’émail : la Princesse elle-même était le maître-émailleur dont les œuvres ont été représentées aux expositions internationales et appréciées par les bijoutiers occidentaux.

C’est grâce au don généreux de la princesse Ténicheva que le département de l’art graphique et de l’aquarelle est apparu auprès du Musée russe de Sa Majesté Impériale Alexandre III, aujourd’hui connu comme Musée Russe. De plus, Diaghilev a édité le fameux magazine « Mir Iskousstva » (Le « Monde des arts ») bien encore grâce au soutien de Maria Ténicheva.

Les activités de Maria Ténicheva s’étendaient en Russie, en France en Italie.

En 1898 la Princesse a ouvert un musée et un centre pour la Renaissance de l’artisanat russe dans le domaine de Talachkino.

En 1900 elle est devenue une membre honoraire du Salon d’Automne de Paris.

Maria Ténicheva a aidé son mari à organiser le pavillon de la Russie à l’Exposition universelle de Paris en 1900, qui a connu un grand succès auprès des visiteurs.

En 1903, elle a commencé la construction d’un musée unique « Antiquité russe » à Smolensk.

En 1907, la partie la plus précieuse de la collection Ténicheva est exposée dans quatre salles du Louvre : 6 000 pièces, pour lesquelles quatre salles volumineuses du département des arts appliquées et toutes les vitrines du Pavillon de Marsan ont été attribuées. Pendant six mois, l’exposition a été visitée par environ 80 000 personnes.

En 1914, après une exposition de ses émaux à Rome, elle devient membre honoraire de la Société archéologique romaine.

En 1916, elle a soutenu sa thèse de doctorat distinguée d’une médaille d’or sur le thème « Émail et incrustation » à l’Institut archéologique impérial de Moscou.

Étant une personne extraordinaire et talentueuse, la princesse s’est entretenue avec toute l’élite artistique de l’époque : Mikhaïl Vroubel (elle a été l’une des premières à remarquer son génie) et Nicolas Roerich, avec qui elle était amie pendant toute sa vie, Alexandre Benois et Léon Bakst (qui a reçu son soutien dans les moments difficiles), Piotr Tchaïkovski, Ilia Répine, Valentin Serov, Sergueï Malyutin, Serge Dyiaghilev, Konstantin Korovin, Ivan Bilibine, Elisabeth Boehm et d’autres.

En 1919, Maria Ténicheva a émigré en France, où dans la ville de Vaucresson près de Paris elle a acheté une petite villa, surnommée par Nicolas Roerich « Maloe Talachkino » (Petite Talachkino). En émigration, la princesse continue à travailler les émaux (elle a son propre atelier d’émail), puis elle ouvre un atelier-école pour enfants, organise des soirées d’art et expose au Salon d’automne.

Maria Ténicheva a été enterrée près de Paris (décédée le 14 avril 1928). La pierre tombale a été réalisée d’après le dessin d’Ivan Bilibine. L’avis de décès qu’il a publié, précise : « Son nom est connu dans toute la Russie. Elle a consacré toute sa vie à son art russe, pour lequel, en effet, elle a fait beaucoup et la mort nous a emporté l’une des patriotes russes de premier plan… ».

Aller en haut