Rencontre avec l’écrivain Dina Rubina

Accueil/Événements/Rencontre/Rencontre avec l’écrivain Dina Rubina
Chargement Évènements
Cet évènement est passé

3 octobre | 19:00

Rencontre avec l’écrivain Dina Rubina

Présentation d’un nouveau livre « Du côté ensoleillé de la rue ».
Traductrice Sophie Lafaille.

Avec l’interprétation en français.

L’entrée sur inscription préalable.

En effet, tous les ans, en Russie est célébrée la Journée du personnel médical (Journée des médecins) dont il ne semble pas nécessaire de préciser l’importance, qui est évidente pour tous.

Écrivain russe, membre de l’Union des écrivains de l’URSS, de l’Union des écrivains russophones d’Israël, de l’Union des écrivains de la RSS d’Ouzbékistan, du Pen Club international, Dina Rubina, est née à Tachkent dans la famille de l’artiste Ilya Rubin et du professeur d’histoire Rita Rubinova.

Avec son humour intrinsèque, elle appellera la «servitude pénale d’élite» une école de musique pour enfants doués, où elle est allée dans son enfance, puis elle décrira ses souvenirs dans son roman biographique « Cours de musique ».

La peur et l’horreur qu’elle a éprouvées lors de ses examens de piano ne l’empêchent pas de terminer ses études au conservatoire et de devenir par la suite professeur à l’Institut de la culture. La capacité de se dépasser et de commencer à prendre à la légère tout ce qui se passe autour d’elle lui permettra de devenir la plus importante et peut-être même l’unique critique de son oeuvre à l’avenir.

Son premier article a été publié en 1971 dans la revue « Yunost » (« La jeunesse »). En 1977, d’après le récit « Quand va-t-il neiger ? », le spectacle a été mis en scène au Théâtre de la jeunesse de Moscou, dont la version télévisée a valu à Dina Rubina la haute considération.

Après avoir déménagé de Tachkent à Moscou, Dina Rubina a écrit des scénarios pour des pièces de théâtre radiodiffusées, elle a créé également des romans et des nouvelles. À la fin de l’an 1990, après avoir déménagé en Israël avec sa famille, Dina Rubina a trouvé un emploi dans un journal édité en langue russe « Nacha strana » (« Notre pays »).

Aujourd’hui, les romans de l’écrivain sont traduits en anglais, bulgare, polonais, allemand et hébreu. De nombreux films ont été adaptés des romans de Dina Rubina. Ses livres sont tirés à cent mille exemplaires. Les prix « Le grand livre » (Russie), « Arieh Dulzin » (Israël), prix de l’Union des écrivains d’Israël et d’autres ont été décernés à Dina Rubina.

Au CRSC à Paris, l’auteur présentera l’édition française du roman de 2006 « Du côté ensoleillé de la rue ». Des destins différents et pareils en même temps, d’un étudiant, d’un artiste, d’un ivrogne sont entrelacés dans ce roman.

La rencontre se déroulera en russe avec l’interprétation en français.